audesa96
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/07/2018

Histoire de cloches à Ouveillan en 1846

De tous temps, les sonneries des cloches de l'église ont eu une signification dans la vie quotidienne des habitants et des paroissiens ouveillanais.

Ouveillan080406_jms (5) copie.jpg

Mais, en 1846, le curé d'Ouveillan, après 10 ans de respect de cet ordre des choses, a changé la règle en utilisation la grosse cloche quelles que soient les occasions.


Face à cette situation et forts mécontents, des administrés ont adressé une pétition au maire pour que le curé respecte la règle établie « depuis des temps immémoriaux » : 

"Pétition d'habitants d'Ouveillan à Monsieur le maire

Monsieur le maire,

Les soussignés ont l'honneur de vous exposer qu'il existe d'un temps immémorial dans cette commune trois cloches, dont l'une qui est au dessus de la sacristie n'a toujours servi que pour les messes de chaque jour et les baptêmes et les deux autres qui sont dans le clocher pour l'office divin du dimanche, l'angélus du matin et du soir ; la plus grosse des deux ne servait que pour avertir les habitants d'un danger.

Cet ordre des choses ayant été interverti sans nécessité et sans autorisation et la plus grosse cloche fonctionnant aujourd’hui pour tous les cas indistinctement, il résulte de ce mode adopté que la sûreté de nos propriétés et de notre tranquillité personnelle se trouvent compromises.

Nous demandons en conséquence, vu les incendies qui éclatent journellement que les anciens usages soient remis en vigueur, usages qui ont été pratiqués par tous les curés qui ont desservi notre paroisse et par notre desservant d'aujourd'hui pendant 9 à 10 ans.

Nous espérons monsieur le maire que vous rendrez justice à Monsieur le préfet afin que ce magistrat veuille dans sa sagesse la prendre en considération.

Nous sommes avec un profond respect, Monsieur le maire.

Vos dévoués administrés

Sabatier, Barraud, estival, decourt, Bonet ainé, Decourt Gilles, Malardeau, Cbardès, Guiraud, Pous, Antoine Gallinier, Jean Marty, Adrien Calcat, Jean Berlan fils, Roques Etienne, Cabanes, Marty, Berlan, Jean Pous, Calcat Joseph, Rallion, Martin Joseph, Petit Auguste, Amans Gleizes, Gleizes Jean-Pierre, Marty Etienne, Malardeau Jean, Rouquette, Sabatte, Lignon, Jean Lignon, Pailles, Pujol, Sabatier...." (et bien d'autres signataires).

églisenbVL copie.jpg

Le maire a transmis la pétition au sous-préfet de Narbonne et la chose est remontée jusqu'au préfet de l'Aude. Finalement, le maire a pris un arrêté municipal, validé par le préfet de l'Aude, pour remettre les choses dans le bon ordre. Cet arrêté a été signifié au curé, de manière orale, par le garde-champêtre dénommé Amigues, qui s'est rendu chez lui.

"Dispositions d'un arrêté de police pris par Monsieur le amire d'Ouveillan le 10 octobre 1846 approuvé par monsieur le sous-préfet de l'autre le 16 du même mois.

Art 1er - A l'avenir, pour appeler les fidèles à la prière soit à la messe de chaque jour, soit à un baptême ou toute autre cérémonie religieuse, il ne sera fait usage que de la petite cloche qui est au dessus de la sacristie comme il s'est pratiqué de tout temps.

Art. 2 - Pour l'office divin du dimanche, sépulture, angélus du matin et du soir, il ne sera fait usage que des deux loches qui sont dans le clocher.

Art. 3 - Pour avertir les habitants d'un danger commun tel qu'incendie ou toute autre calamité, on ne fera usage que de la grosse cloche afin que la population (un sinistre venant à éclater) puisse se porter promptement sur les lieux avertie par le son de cette cloche, sachant qu'elle ne doit fonctionner que pour annoncer un danger.

Soient les dispositions ci-dessus notifiées à mr Dellon, curé de cette paroisse, par le garde champêtre, qui rapportera procès-verbal de ladite notification.

Ouveillan le 24 octobre 1846

Le Maire

Berlan"

 

17:00 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire