audesa96
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/07/2018

Les fluctuations des cours des vins et des 3/6 dans le Narbonnais entre 1852 et 1862

D'après la Revue viticole : annales de la viticulture et de l’œnologie françaises et étrangères, C. Ladrey, 1863

Ouveillan Agaret  4 copie.jpg

L'auteur a réalisé des observations pendant 11 ans à Ouveillan et aux alentours et a noté les fluctuations des cours des 3/6 (alcool) et des vins


1852 : au mois de janvier, les 3/6 étaient à 50 francs l'hectolitre, les augmentations successives le fait monter à 109 francs en octobre.

1852-1853 : le prix des 3/6 continue de monter pour arriver au mois d'octobre 1853 à 165 francs l'hectolitre. Les vins ordinaires se vendent à 30 francs l'hl.

 

Ouveillan090207 (22) copie.jpg

1854-1855 : le 14 juillet 1854, les 3/6 arrivent au prix maximum de 231 francs l'hectolitre au marché de Béziers. Les vins ordinaires valent, à l’approche de la vendange, environ 43 francs l'hl. On fabrique des vins avec toutes sortes de produits industriels (sic), les betteraves commencent à fournir de l'alcool. En avril 1855, la cave de Crabit à Narbonne vend son vin 47 francs l'hectolitre. Les vins de plaine se vendent à 30 francs. En août 1855, 1400 hl de vin de Bassoul se sont vendus à 40 f/hl. Un tonneau de vin de Roubia s'est vendu à 45 francs/hl.

1855-1856 : les 3/6 remontent jusqu'à 200 francs/hl au 28 octobre 1856. En octobre 1855, après la vendange, les plus beaux vins de Narbonne se vendent 40 à 45 francs/hl. En septembre 1856, on vend des vins vieux jusqu'à 70 francs/hl.

Ouveillan Agaret 2 copie.jpg

1856-1857 : le 15 octobre 1857, les 3/6 sont à 185 francs/hl. Le vin de Peyriac, de Sigean, de la cave de Lebrettes et de Crabit à Narbonne se vend 50 francs/hl. Les aramons de la Capoulade dans la plaine de l'Aude àsont à 50 francs. Mais, en novembre, celui de Moussoulens n'est plus qu'à 35 francs. En février 1857, le vin de Preissan se vend à 48 francs.

1857-1858 : au mois de janvier 1858, les 3/6 sont à 90 francs/hl, en juillet le prix baisse à 70 francs et n'est plus qu'à 50 francs en octobre. Entre octobre et décembre, les vins se vendent entre 20 et 30 francs/hl.

1858-1859 : au 13 octobre 1859, les 3/6 sont à 130 francs, cette augmentation est due aux gelées des 2 et 18 avril. Aux vendanges de 1858, la futaille manque complètement. Les vins de premiers choix s'achètent seulement 12 francs/hl, certains vins comme ceux de Roubia, Fontarèche et Bassoul tombent à 7 ou 8 francs. Les cours sont entre 8 et 13 francs en janvier, février et mars 1859. La cave de Preissan arrive à vendre son vin 12,75 francs/hl en avril 1859. Fin mai, les cours remontent et les belles qualités se vendent entre 20 et 25 francs. Il est précisé que les désastres sur la vigne et les besoins de l'armée d'Italie font la hausse. En juillet 1859, la cave du Terral à Ouveillan vend 2600 hl à 18 francs/hl.

PB010024 copie.jpg

1859-1860 : les 3/6 conservent leur cours à 120-130 francs durant toute l'année. En octobre 1859, le vin de Villenouvette se vend 27,50 francs, les aramons de Montfort à Narbonne sont à 26,50 francs et les carignans de Ginestas à 34 francs. Jusqu'à la récolte de 1860, le cours des vins se cale entre 20 et 40 francs/hl.

1860-1861 : le prix du 3/6 varie entre 100 et 150 francs. Le vin de la cave Alger à Ouveillan se vend 15,50 francs, celui de Roubia 22 francs, celui de la Redonde (Montels-Capestang) à 16,75 francs, celui du Bousquet à Ouveillan 23 francs. En octobre, le vin du Terral se négocie 22 francs et les premiers choix d'Ouveillan à 33 francs. Le vin de Bassoul se négocie 18 francs en décembre 1860. Ensuite, durant les premiers mois de l'année 1861, le prix des vins d'Ouveillan se situe entre 22 et 28 francs. En juin 1861, Preissan vend 3000 hl à 26 francs. Les prix s'abaissent en juillet mais en août 1861, les vins de premier choix de Truillas sont à 34 francs.

1861-1862 : les 3/6 sont entre 70 et 100 francs/hl. Après les vendanges de 1861, les vins sont entre 23 et 32 francs/hl. En octobre 1861, le vin de Bassoul se vend 15,50 francs, celui de la cave Alger à Ouveillan 19 francs et celui de la cave Anger à Ouveillan à 18 francs. En juin 1862, 4000 hl de la cave de Preissan partent à 16 francs et en juillet, les vins d'Ouveillan sont entre 12 et 20 francs.

1862 : le cours moyen des 3/6 est à 80 francs. En octobre, le vin d'Ouveillan est au plus haut prix et se négocie à 24 francs alors que celui de La Redonde n'est vendu qu'à 15,15 francs. Les meilleurs vins du Narbonnais ne dépassent pas les 28 francs.

11_Ouveillan_0104_0002 copie.jpg

On voit donc qu'à partir de 1852, le cours des vins va augmenter jusqu'en 1858 puis à partir de cette année, les prix baissent graduellement. La vendange de 1858 a été tellement importante que l'on manquait de tonneaux, mais le commerce était insuffisant pour absorber de telles quantités. Ce qui va entraîner une baisse des prix. Les chiffres ci-dessus montrent que les prix des vins diminuent au cours de cette décennie et donc que le revenu brut du propriétaire de vigne est incertain.

 

Écrire un commentaire